Les syndicats ou comment s’en débarrasser ?

DEMOCRATIE

   Il y a les ordonnances ou l’art de se passer du Parlement avec une arme constitutionnelle massive.

   Il y a la concertation comparable à la défense élastique dans les stratégies militaires.

   Diviser les forces.

   Les laisser venir à soi et se perdre dans les embrouillaminis des textes et les amphigouris ( oui,ça existe).

   Elargir les failles aussi minces soient – elles dès qu’elles se présentent…

   Car c’est clair pour la ministre du Travail, Muriel Pénicaud :  » L’intérêt général relève du gouvernement et du Parlement élu par le peuple même s’ils n’en ont pas le monopole. Pour l’atteindre il faut parfois bousculer les corps intermédiaires. »

   Et dit – on du côté de l’Elysée,  » c’est chacun à sa place, nous ne sommes pas dans une logique de cogestion «  .

   Il ne manquerait plus que cela.

   C’est le comédien Jean-Louis Barrault qui avait curieusement anticipé la formule du macronisme.

    » La dictature, c’est ferme ta gueule, la démocratie, c’est cause toujours. « 

 Maurice Ulrich  ( Humanité du 29 mars )

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s